Publications sur le versant de la clinique gérontologique.

 

« Mieux-être par la lecture : du côté de la clinique gérontologique »

 

De quelques réflexions sur le bien-fondé du transfert de concepts analytiques en psychogérontologie

La rencontre avec la personne âgée atteinte ou non de la maladie d’Alzheimer ou d’une autre démence voisine imposa à Françoise Bétourné une véritable révolution copernicienne intellectuelle et sensible qui lui parut salutaire car elle l’obligea à relancer son travail de recherches théoriques essentiellement lacanien pour mettre les concepts, présumés difficiles et abstraits, du plus grand penseur français de la psyché, au service de sa clinique quotidienne psychogérontologique.

La psychogérontologie : un nouveau champ conceptuel à ensemencer avec un grain psychanalytique qui donne à penser, réfléchir, réinventer.

Ni Freud ni Lacan n’ont véritablement travaillé la clinique du vieillissement pathologique. Et pourtant ils auraient pu avoir l’opportunité de le faire puisqu’ils étaient contemporains d’Alois Alzheimer. En effet, c’est en 1906 que ce neurologue bavarois évoqua pour la première fois, lors d’une réunion de psychiatres, le cas d’une de ses patientes encore jeune (elle n’avait qu’une cinquante d’années) atteinte de graves défaillances mnésiques et de troubles de l’orientation invalidants.
Est-ce parce que l’inconscient n’est soumis ni à la notion de vieillissement ni à celle d’âge, que l’inventeur de la psychanalyse et son plus grand continuateur français ne voyaient pas en quoi il était nécessaire d’accorder à la psychologie du sujet âgé un statut particulier ? Du strict point de vue du sujet de l’inconscient, ils avaient probablement raison ; cependant certains symptômes démentiels exigent de faire des déplacements et des aménagements conceptuels importants obligeant à les regarder sous de nouveaux aspects et dans des perspectives inusitées pour mieux comprendre les patients âgés et, non pas prétendre les guérir, mais tenter de les soutenir, de soulager leurs angoisses et de ranimer la flamme de leur amour de la vie.

Dans la lignée de Gérard Le Gouès, Claudine Montani, Louis Ploton et de quelques autres… Françoise Bétourné exporte les concepts psychanalytiques dans le champ de la psychogérontologie d’un point de vue plus spécifiquement lacanien qui est son champ de réflexion privilégié.

Un seul vrai maître : le patient âgé rencontré à la Résidence Alquier-Debrousse ou à son domicile.

Les résidents de l’EHPAD Alquier-Debrousse (situé dans le vingtième arrondissement de Paris) ont enseigné, autant à leur insu que généreusement (c’est en quoi en exergue des articles un hommage leur est rendu presque chaque fois), à Françoise Bétourné à devenir une psychologue clinicienne capable d’adapter sa pratique aux exigences de leur symptomatologie singulière pour être mieux à l’écoute du sujet qu’elle parasite mais ne détruit pas. C’est leur enseignement qu’elle met au service des personnes âgées rencontrées à leur domicile depuis qu’elle s’est installée comme psychologue libérale.
La première et essentielle leçon de la personne âgée est parfaitement claire: ni les carences cérébrales ni le temps (pourtant identifié à l’involution) n’atteignent l’être du sujet. Bien que souvent démentalisées, sujets, les personnes âgées le furent : leur histoire en témoigne; sujets, elles le demeurent : leurs demandes explicites ou implicites le dévoilent et sujets elles le seront, comme tout un chacun, jusqu’à leur dernière souffle ; et cela reste tout aussi vrai lorsque leur mémoire les trahissant, elles vont jusqu’à sembler en avoir délaissé la défroque dans une béance d’oubli si noir et si vertigineux que l’insondable inconscient lui-même paraît familier avec ses fantasques retours…

Une réflexion clinico-théorique en volutes progressives sur le modèle des tours et retours de l’inconscient.

À partir de cette inaugurale leçon qui fait le lit de sa réflexion, il s’est agi pour Françoise Bétourné de repenser la théorie et de vivre autrement sa clinique. C’est ce dont ses articles ont commencé de témoigner et qu’ils tentent d’approfondir dans diverses directions bien loin encore de toucher un horizon d’autant plus inabordable qu’il ne cesse de reculer.
En institution, la première préoccupation de Françoise Bétourné fut d’ouvrir la porte de son bureau pour figurer tangiblement son invitation à l’autre âgé comme à sa famille ou ses proches, sa confiance intellectuelle, sa disponibilité complète au surgissement de la surprise. Et elle laissa cette fameuse porte être réellement et symboliquement l’image du principe d’une remise en cause d’autant plus vertigineuse qu’une fois promulguée, comme ejectée d’une boite de Pandore, prise dans un tourbillon entropique, elle ne put manquer de se perpétrer et se prolonge encore bien au-delà de ce qui est aujourd’hui prévisible et envisageable.
Françoise Bétourné bouscula d’abord deux colonnes basiques de la règle analytique : Se méfier de l’affect et ne pas répondre à la demande pour s’adonner, au contraire, au Ne faire confiance qu’à l’affect ; répondre d’une façon ou d’une autre à toute demande et sans attendre…
C’est ce retournement qu’évoque Françoise Bétourné dans son premier article publié dans Le Journal des Psychologues.
L’interdit : Ne pas répondre à la demande parce qu’elle cache toujours une demande d’amour inconsciente, s’est donc complètement retourné au regard de la personne âgée en impératif positif : Répondre à la demande quelle qu’elle soit justement pour l’unique raison qu’elle n’est qu’une demande d’amour explicite et cela ici (à savoir là où l’on est, possiblement n’importe où…) et maintenant (le futur est trop incertain pour qu’on puisse miser le moins du monde sur lui ; rien ne peut être remis à demain ; délibérément le projet faisant fi du pro devient jet).
Face à l’incontinence affective de la personne âgée démentalisée : cadre, règle, retenue, silence… n’ont plus de sens ni de valeur stricturante, une psychologue clinicienne se dépouille de son costume traditionnel, pour toucher une autre vérité de la relation soignant/soigné : la proximité ; laquelle n’est pas la familiarité mais au contraire l’authentique respect du sujet âgé (même et surtout dans ses abruptes et imprévisibles exigences) animé d’une profonde et sincère empathie.

Les autres articles de Françoise Bétourné témoignent des préoccupations théoriques et cliniques qui se sont peu à peu imposées à elle. C’est en quoi, elle reprend les concepts lacaniens d’identification, de répétition, de désir, de temps, de signifiants perdus/retrouvés et, les appliquant à la gérontologie, tente de repenser la notion de vieillissement psychique pathologique… À l’écoute de ses patients âgés le champ de sa clinique est donc aussi immense que ce qu’ils lui apprennent quotidiennement à travers leurs paroles, selon elle toujours pleines malgré leur caractère répétitif et leur raréfaction… Aussi bien les mots des maux ne manquent pas à Françoise Bétourné puisque, à l’évocation de cas cliniques dans ses conférences ou ses écrits, elle rapporte (dans la limite du respect de l’anonymat et du secret professionnel bien évidemment !) ceux que ses patients lui confient pour qu’elle les conserve : « Surtout n’oublie rien ! Note bien tout ! », et leur redonne lorsqu’ils leur échappent ; ce qui est malheureusement se produit souvent car dans le monde des « vieux Vieux » le conte de Perrault Les Fées subit d’étranges remaniements. Il y a ceux dont les « paroles-crapauds », les « paroles-serpents »… restent coincées comme des Alien dans leur gorge étranglée et les autres, insouciants, qui ne connaissent même pas leur bonheur de laisser s’envoler à tous vents des « paroles-roses » ou des « paroles-fleurs-des-chants »…

Le sujet âgé comme objet petit a enserré au cœur d’un nœud borroméen, dont La Société, les Proches, les Soignants actualisent les trois cordes.

Le domaine d’investigation de Françoise Bétourné est beaucoup plus insondable qu’elle ne le prévoyait au départ. Elle est non seulement attentive à l’angoisse et la détresse du sujet dément, sensible au problème existentiel de son « aidant » (c’est-à-dire à la souffrance de son proche face au mal qui rend méconnaissable l’être qu’il a tant chéri), mais elle est aussi interpellée par les préoccupations et les soucis quotidiens des soignants de l’équipe pluridisciplinaire de l’institution tiraillés qu’ils sont par leur désir de bien faire malgré les pièges inconscients qui entravent leur professionnalisme et leur culpabilité.
De fait tous ces progagonistes sont embarqués sur le même navire et leurs problématiques sont étroitement intriquées. Contrairement à ce qu’il pense souvent, dépendant, le sujet âgé n’est pas seul ! C’est d’ailleurs peut-être cela qui, parfois, à son insu, lui alourdit l’âme…

La liste ci-jointe de ses articles montrent que Françoise Bétourné tente de brasser ce vaste questionnement théorico-clinique qui fait de la personne âgée l’objet petit a lacanien enserré chaudement au cœur d’un nœud borroméen. À cette place d’objet du désir et d’objet cause du désir, la personne âgée mobilise l’énergie de ceux que trois cordes, d’égale valeur et d’importance authentiquement similaire, symbolisent : les Soignants, les Proches (aidants familiaux ou non), la Société (sous le statut étroit d’abord de l’institution mais aussi au sens plus large de toutes les formes qu’elle peut prendre pour se mettre au service du sujet âgé : Accueil de jour, Point Paris Emeraude (PPE) Associations France Alzheimer, Mémorys…). La personne âgée démentalisée induit donc l’existence de tout un réseau humain d’une énorme complexité ne cessant d’inspirer au psychologue des réflexions pour que sa clinique mise à son service quotidien s’en ressente positivement…
En conséquence, le champ des publications de Françoise Bétourné ne pourra donc probablement que s’agrandir. Du moins en a-t-elle le désir, l’espoir et le projet.

Liste des publications

  • « Le psychologue clinicien en maison de retraite ou la fonction de la porte ouverte », dans Le Journal des Psychologues, n° 225, Enfants des rues : que peut le psychologue ?, mars 2005, p. 11-13.
  • « Prescription médicale de la contention : spécificité aux personnes âgées », dans Le Journal des Psychologues, n° 230, septembre 2005, p. 64-68.
  • « L’unité de vie protégée institue et garantit l’unité de l’équipe soignante », dans Soins Gérontologie, n° 56, novembre/décembre 2005, Masson, p. 16.
  • « Lectures de fables, contes et nouvelles », dans Soins Gérontologie, n° 56 novembre/décembre 2005, Masson, p. 27.
  • « La clinique du psychologue à l’épreuve d’un nouveau continent noir : le vieillissement », dans Les actes de Psychologues en gérontologie. Deuxièmeséminaire, Rennes, 29-30 septembre 2005, Association Psychologie & Vieillissement, Cesson Sévigné, juin 2006, p. 39-68.
  • « La répétition ou l’effort déchirant pour faire parler l’Autre dans lalangue du sujet malade d’Alzheimer », dans Che vuoi ?, n° 26, La langue intime, L’Harmattan, 2006, p. 161-204.
  • « L’atelier thérapeutique “Le plaisir de lire ensemble” », dans Regards des résidences, n° 25, 2006, p. 12.
  • « Le complexe de Prométhée. Une “petite idée d’avance” pour affronter la dernière crise existentielle », dans Le Journal des Psychologues, n° 256, À l’écoute du vieillissement, avril 2008, p. 27-33.
  • « Déculpabiliser les soignants en clinique gérontologique », dans Regards des résidences, n° 30, Eros et Thanatos, 2008, p. 12-13.
  • « Écouter l’inconscient des maux éperdus via les mots perdus du sujet âgé démentalisé », dans Ortho Magazine, Les Actes des Ateliers Claude Chassagny : Langue & Identité. La grammaire du sujet. Journée d’étude théorico-clinique du 11 octobre 2008, Paris, Elsevier Masson, octobre 2009, p. 13-27.

Du côté de la théorie lacanienne

Présentation d'une approche réflexive et critique de la théorie lacanienne

Du côté de la clinique gérontologique

De quelques réflexions sur le bien-fondé du transfert de concepts analytiques en psychogérontologie

Prise de contact

Françoise Bétourné
Psychologue clinicienne
N° ADELI : 759324528
84 boulevard Diderot
Paris 75012
Téléphone fixe :01 43 29 85 13
Mobile :06 76 87 83 07
Métro : Reuilly-Diderot
lignes 1 et 8
Courriel : contact@psychologue-betourne.fr